Publié dans infertilité

PMA pour rhinocéros

Saviez-vous que le rhinocéros blanc du Nord est une espèce (pratiquement) éteinte? Aujourd’hui, j’ai lu cet article sur le sujet. J’ai trouvé plutôt « marrant » de voir des termes comme sperme, ovocytes, ou embryons… qui ne s’appliquaient pas à moi.

Il faut dire que mon actualité PMesque est au point mort. Je suis en débrayage estival… qui se prolongera peut-être. Qui vivra verra… si notre ADN finit comme le rhino.

Publicités
Publié dans infertilité

La tête de l’emploi

Ça y est, j’ai la tête d’une maman. Que la tête hein. J’arrive à la pharmacie pour des gouttes pour les yeux et de l’eau de mer pour déboucher le nez (que du glam’), et on me propose que des marques pour les mouflets ou pour « toute la famille » (et le magnifique regard en coin qui veut dire « toi aussi tu fais partie du club hein »). A croire que ce genre de petits soucis n’arrive jamais aux adultes?!?

J’étais blême. J’ai pas contredit la vendeuse. J’ai joué un rôle dont je ne rêve que trop l’espace de 5 minutes, et je suis repartie avec plein d’échantillons gratuits pour moins de 12 ans. Mais tant pis. Ce qui est bon pour eux doit être bon pour nous.

Ok, j’ai dû semer de mauvais indices avec mes bras chargés de jouets. Mais bon… heu… C’est pour mes élèves (on est en vacances mais on se refait pas…)

J’ai quand même refusé l’emballage de gouttes avec le bébé joufflu imprimé en géant sur le devant.

Faut pas pousser.

Publié dans infertilité

J’ai regardé…

… »FIV, PMA, mères porteuses: prêt à tout pour devenir parents« .

Diffusé il y a quelques jours sur TFX et TF1 (le lancement ici), je me suis dit que je devais être un peu maso pour m’infliger un truc pareil après ma grosse dégringolade de ces derniers mois.

Mais c’est pas ma faute! Aussi bizarre que ça puisse paraître (vu que même pour une conversation banale sur le sujet, ce n’est jamais lui qui initie), c’est mon mari qui l’avait enregistré!

Ce que j’ai aimé, c’est que ça ne traite pas de parcours « balisés » ou courts, et que ça n’occulte pas les (nombreux) échecs. On s’identifie donc assez facilement aux protagonistes (surtout moi, la vétérante PMA avec ses 34 ovocytes récoltés en 2 FIV et toujours aucun embryon…), et ce d’autant plus que les portraits sont assez variés (perte de grossesse, don d’ovocytes, endométriose…)

Ce que j’ai moins aimé, c’est tout d’abord la voix off, qui confond souvent « insémination » et TEC (et donc FIV).

Et puis, pour ma part, le document ratisse peut-être un peu trop large, surtout avec l’histoire de ce couple d’hommes qui a eu recours à une mère porteuse aux USA. Je trouve que le sujet, bien que parallèle à l’infertilité, n’est pas tout à fait en rapport (et d’ailleurs, c’était un couple avec de gros moyens financiers, qui n’a pas l’air d’avoir beaucoup galéré).

Enfin, je suis tombée sur le blog d’une des personnes dont le portrait est diffusé (à retrouver ici) et il semble qu’il y a quand même eu quelques libertés prises dans le montage…

Globalement, j’ai été peu prise émotionnellement et ça m’a étonnée. Peut-être qu’après tout, je ne serais personnellement pas « prête à tout » pour devenir mère. Peut-être même que je commence à me détacher de tout ça…

Quoi que…

L’autre jour, je regardais un épisode de « Candide Renoir » et l’héroïne, qui est policière, déduit qu’une suspecte est enceinte parce qu’elle a de l’acné. Sa phrase à la concon: « si elle a de l’acné à son âge, ça ne peut être que la grossesse« . Grrrr alors ok, je sais qu’en télé, on prend parfois des raccourcis, mais là voilà… Il y a bien 15 autres raisons d’avoir de l’acné! A commencer par ces !!biiiip!! d’hormones qu’on s’envoie en PMA comme des bonbons! Ou… je sais pas moi.. une mauvaise peau tout simplement!

Bref, je digresse… Pour en revenir au reportage, il est pas mal, mais à voir seulement si on a du temps et qu’on a un peu de recul sur tout ça…

Publié dans infertilité

Je débarque à la capitale

Mon bateau de sauvetage contre la marée noire de l’infertilité? Les voyages! Alors demain, je sors de ma petite clinique cocon, et je replonge dans le grand méchant monde… mais surtout, je mets les voiles!

Bye bye mes petites montagnes suisses, destination: Paris! Mais guess what, infertile un jour, infertile toujours. Mon premier arrêt sur ma liste: l’église Sainte Colette pour les couples en désir d’enfant… Peut-être qu’il y a de meilleurs experts là haut qu’en PMA… ouaich ouaich, je sais, être nullipare m’a ravagée du bulbe 🙈

P.S: l’infertilité n’est pas seulement mon nouvel agent de voyage, mais aussi ma muse pour écrire… aujourd’hui, je « fête » ma 100ème chronique… C’est fou tout ce qu’il y a à dire sur du néant.

Publié dans infertilité

Des idées qui valent la peine d’être diffusées

« Diffuser des idées qui valent la peine d’être diffusées ». C’est comme ça que mes amis Google et Wiki me définissent les fameuses conférences « TED » (plus connues sous leur nom anglais « TED Talk« ). Notons au passage le double emploi du mot « diffuser ». haha. Bref, vous avez sans doute déjà entendu parler de ces « speech motivationnels ». Pour ma part, ils ont déjà plusieurs fois attiré mon attention. A écouter ces hommes et ces femmes très inspirés et inspirants sur toutes sortes de sujets, on se sentirait presque pousser des ailes…

Mais il y avait un sujet sur lequel je n’étais pas tombée jusqu’à présent, un sujet dans lequel à priori on ne retrouve rien de motivationnel, c’est bien sûr celui de l’infertilité… Et pourtant, il me semble ô combien important de sensibiliser les gens à cette problématique si actuelle et si terrible.

Désolée pour celles qui ne parlent pas anglais, je n’ai pas trouvé d’équivalent en français pour l’instant (mais si vous en trouvez je suis preneuse).

La première vidéo dont j’aimerai vous parler est une conférence donnée par une certaine Camille Preston (suivez ce lien), une businesswoman. Je vous la spoile un peu (mais ça pourra en aider certaines): elle a fini par gagner son combat. Et pour celles qui ne comprennent pas l’anglais (il y a une traduction automatique disponible, mais c’est pas terrible), je me permets de relever uniquement une phrase de cette femme que je ne connais pas, mais que j’aime déjà:

« je n’aime pas les montagnes russes… pourtant, il y a 4 ans, pour poursuivre un rêve, je me suis retrouvée à acheter les billets les plus chers pour les montagnes russes les plus hormonales et les plus émotionnelles de tous les temps ».

Vivant en Suisse où la PMA est très mal (voire pas du tout) remboursée, et ayant donc cramé des sommes importantes pour (excusez-moi du langage mais voilà…) littéralement que dalle, forcément, ça me parle.

La seconde conférence que j’aimerai vous partager et celle de Judy Day. Spoiler alert: elle n’a pas pu avoir d’enfant. Elle est même devenue une réelle ambassadrice des femmes sans enfant, et sa vidéo porte d’ailleurs le titre « the lost tribe of childless women », ce qui signifie « la tribu oubliée des femmes sans enfant ». Elle nous fait très vite remarquer que notre société marginalise cette tribu. Exemple? Dans le langage courant, ne dit-on pas automatiquement d’une femme d’un certain âge que c’est une « grand-mère »? Eh bien, eh bien… Dès le début, cette femme frappe fort et vise juste. Et pourtant son constat n’est pas amer (on se rappelle, dans les TED talk, il faut inspirer, pas démoraliser!). Alors elle nous dit: ces femmes ont un don à transmettre, le don du deuil. Car oui, notre société a peur du deuil. Je la cite:

« Notre société voit souvent le deuil comme quelque chose de bizarre et malvenu qu’il faut surmonter le plus vite possible. Mais le deuil est pourtant la seule chose nous permettant d’affronter des changements dévastateurs et irrévocables. Le plus grand changement que nous affrontons collectivement est le fait que notre planète est en train de mourir sous nos yeux (…). Mon espoir est, qu’en acceptant ce don du deuil, vous allez peut-être réaliser la raison pour laquelle vous nous avez bannis de votre conscience: nous vous rappelons vos propres deuils.(…) Vous choisirez alors d’être plus tendres avec vous-mêmes et avec tout le monde pour créer une société émotionnellement plus robuste« .

Cette femme a même lancé un site internet autour de la vie sans enfant, ce qu’elle appelle elle-même « le club qu’on n’a jamais eu envie de rejoindre ». Il y a par exemple une liste de femmes célèbres n’ayant pas eu d’enfant, des articles, des témoignages, une sélection de livres, des événements… bref, une quantité de ressources pour vivre une vie « pleine de sens », même en n’ayant pas choisi cette condition.

Alors, inspirées?